Mon premier 10 km!

course2

Voilà, c’est fait, j’y ai même survécu. J’en ressens beaucoup de fierté… et un peu d’amertume.

J’ai pris le temps de décanter avant d’écrire ce billet car j’ai terminé cette course avec une grosse boule d’émotion au ventre. Ne vous trompez pas, je suis vraiment fière d’avoir réussi ce 10 km! Je flotte encore sur un nuage. Je sais où j’étais il y a un an et je vous assure que je ne me voyais pas courir 10 km. Ce n’était même pas un objectif!

Alors pourquoi cette déception? Parce que je m’étais basée sur mon 8 km pour me fixer un objectif. Un 8 km que j’ai trouvé « facile », sans marcher une seconde, en me disant que j’aurais pu pousser un peu plus. Je me voyais donc très bien le terminer en 1 h 20, et même en 1 h 15, si tout allait bien! Mon 1 h 31 me reste un peu en travers de la gorge. Surtout que j’ai passé le 5 km en dessous des 40 minutes.

J’étais vraiment prête pour cette course! J’ai fait tous mes entrainements avec rigueur, j’ai fait attention à mon sommeil, je n’ai pas pris d’alcool durant toute la semaine précédant la course et dans ma tête, je me voyais franchir la ligne d’arrivée avec bonheur!

Je me suis levée tôt, j’ai bien mangé, j’ai enfilé mes vêtements préparés la veille, je me suis assurée que j’avais tout ce dont je pourrais avoir besoin et go en direction du 30 km des rives de Boucherville.

Le site est beau, bien organisé; j’ai mon dossard en moins de cinq minutes, avec le sourire en plus, même s’il n’est pas encore 7 h. Pas évident de trouver la ligne de départ par exemple. Je finalise mes préparatifs et je suis un peu déçu de constater que mes écouteurs ne sont pas rangés dans leur étui. Je sais que je vais avoir besoin d’entrer dans ma bulle, de vider ma tête des doutes et questionnement. La musique m’aide beaucoup là-dessus.

Je ressens l’adrénaline du départ, c’est un beau « feeling »! Je me tiens à droite, pour ne pas nuire aux plus rapides et je pars, pleine de confiance… Trop rapidement je crois! Parce que, même si j’ai marché, j’étais bien en dessous de mon temps habituel pour les trois premiers kilomètres. Bizarrement, ce fut le 4e km le plus difficile, tant mentalement comme physiquement. Je me suis même demandé si je ne devrais pas arrêter… Mais comme je ne suis pas une lâcheuse, j’ai repris la course, avec le sourire en plus!

Durant mon parcours, j’ai eu de beaux encouragements par plusieurs coureurs et bénévoles, dont un qui m’a dit de belles paroles très motivantes lorsque je suis passée après la boucle du 5e km. Jusqu’au 7e km, je croyais encore atteindre mon objectif de temps. Ensuite, la fatigue, les ampoules au pied gauche (mes premières!) et une blessure à mon gros orteil du pied droit m’ont un peu sapé le moral et j’ai ralenti. J’ai alterné la course et la marche. Mais je vous garantis que c’est avec le sourire et avec fierté que j’ai traversé la ligne d’arrivée et reçu les félicitations et surtout, ma belle médaille!

Un gros merci à l’équipe médicale qui a soigné mes ampoules et m’a aidé à reprendre mon souffle… J’étais tellement heureuse et énervée que j’en aie eu le souffle coupé.

Ce premier 10 km a été ce qu’il devait être, une étape dans ma préparation, ma première expérience sur cette distance.

Il est certain que je me questionne du pourquoi tout à coup, je ne pouvais plus courir mes kilomètres sans marcher un peu. Je ne comprends vraiment pas… 5 km est rendus la base pour moi, et je fais facilement mon 8 km. Un grand mystère!

J’ai quand même appris plusieurs choses :

  • Quand ça fait deux mois que tu te demandes si tu ne devrais pas changer tes chaussures, que tu as des sensations ou des inconforts que tu n’avais pas avant… Arrête de niaiser, et vas-y!
  • Après une course, pas une bonne idée de s’assoir tout l’après-midi (en bâclant ses étirements) sous prétexte de reposer ses jambes. J’avoue, le livre était bon. Mais les courbatures le lendemain, ouch!!!
  • Le rouleau à pâtisserie ne sert pas qu’à faire des tartes… c’est aussi très efficace sur des quadriceps qui refusent de coopérer sans te faire payer le prix fort. Merci à mes amis coureurs de leurs précieux conseils.
  • Il y a un lien direct entre le doute qui s’insinue dans ta tête et les muscles de tes jambes.
  • Une excellente idée de prévoir un massage deux ou trois jours après ta course.
  • J’aime courir, vraiment. Même si ça fait mal, même si c’est difficile.

Après deux jours de repos, j’ai repris l’entrainement. Avec encore plus de sérieux et de motivation. Pas le temps de niaiser, j’ai un magnifique défi à relever en janvier!

Walt Disney World® Marathon Weekend, j’arrive!

Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Mon premier 10 km!

  1. gynatoulou dit :

    ouff j ai les larmes aux yeux de te lire. c’est beau .Je te dis Bravo

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s